AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Promenade au levé du soleil

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Haarel
Le déchu
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2008

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Ange
Amour: //

MessageSujet: Promenade au levé du soleil   Mer 24 Sep - 15:24

La nuit était tombé depuis déjà plusieurs heures, le silence était roi en ces lieux et rare étaient les personnes encore éveillé a cette heure. Une légère brume s'installait petit a petit, a chaque pas d'un homme qui s'avançait lentement a travers les battisses. Un homme qui ne faisait que ce promener, restant souvent en ces contrées en cette période, il n'avait trouvé d'autres occupations. En effet Haarel marchait, le regard ailleurs, sa longue tresse se balançant lentement dans son dos, un dos qui n'arborait pas ses ailes, pour une fois. Il avait prit la décision de les cacher aux yeux des humains, on ne sait jamais.
Un léger puit se présenta a lui lorsqu'il atteint la place, les habitations montrant leur volet fermé par les villageois, il s'en rapprocha un instant, observant dans le calme le plus tranquille l'intérieur de celui-ci qui semblait sans fond. Hal laissa échapper un léger soupire, avant de retourner son corps et de repartir dans le sens inverse, gardant une main sur son gigantesque fourreau qui abritait ses deux lames.
Il fut attiré par un bruit suspect pour une telle nuit, quelqu'un le suivait ? Peut-être, ou peut-être pas. Cette hypothèse s'effondra lorsqu'il se dirigea à la source qui avait suscité son attention, ce n'était qu'un simple chat qui avait prit la fuite à l'approche de l'homme.
Esquissant un léger sourire, il s'apprêta a repartir lorsqu'il distingua une ombre passer devant la ruelles, ses sourcils se froncèrent légèrement et de gigantesques ailes s'ouvrirent dans son dos, les faisant battre plusieurs fois en direction du sol, il ne tarda pas a prendre position dans les airs. A une telle heure, aucune chance qu'une personne ne puisse prendre la présence d'un ange au sérieux, il aurait vite fais de ce dire qu'il avait trop arrosé sa soirée.

Se servant de ses membres a plumes pour monter sur l'un des nombreux toit qui s'alignaient ici, il les fit disparaître une fois en contact avec celui-ci. Plusieurs plumes laissées par son élancement tombaient dans un mouvement lent en direction du sol. Faisant plusieurs pas rapidement, un silence majestueux c'était installé derrière lui. Ses yeux tentait de percer a travers l'obscurité, mais cette ombre perçut il y a quelques instants n'était qu'un simple ivrogne regagnant le chemin de chez lui.
Ainsi, il prit place à l'endroit ou il se trouvait en laissant échapper a nouveau un long soupir de lassitude. S'asseyant au bord, ses jambes ce balançaient lentement dans le vide. La lueur de la lune attira son regard, celle la même qui ne fait que s'affirmer au fil des heures commençait a s'éffacer pour laisser place a l'astre du jour.
Un nouveau bruit vint l'interpeller, mais cette fois il ne bougea pas, se disant que cela ne pouvait être qu'un ivrogne, mais quelle en était la vérité ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwaretlan Gravedigger
Capitaine à la Hache
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 03/09/2008
Age : 24
Localisation : France

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Humain (Eden)
Amour: Snaga

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Lun 29 Sep - 21:27

Le bruit qui interpela l'ange déchu n'était autre que la démarche encore hésitante de Dwaretlan Gravedigger l'amnésique, qui à ce moment portait l'intégralité de son armure, Snaga l'Expéditrice dans son fourreau dorsal, son heaume sous le bras gauche. Il sortait à l'instant de l'infirmerie du village, où il avait pu récupérer un peu de ses forces et guérir de sa plaie, à présent cicatrisée. Cependant, malgré le fait qu'il soit en bien meilleure forme que lors de sa rencontre avec Khaine ou la barde Utariska, l'ancien Capitaine à la Hache était loin d'être au sommet de ses capacités physiques: de terrifiants et atrocement réalistes cauchemars lui pourrissaient ses nuits. Devenant rapidement insomniaque, de peur de devoir affronter ses démons oniriques, il avait pris l'habitude de marcher dans le village pour appaiser ses craintes. De fatigue, il s'endormait souvent sur un banc, à la belle étoile.
Ce jour-là, le guerrier déambulait près des auberges, tenté d'y aller boire un coup. Hélas, sa bourse était vide, et son emploi temporaire de bûcheron ne lui permettait pas le luxe de se payer une chope de bière. Alors qu'il arriva à une intersection de ruelles qui en aurait inquiété plus d'un, il vit passer un chat effrayé. Il n'aurait pas étudié le phénomène si un instant plus tard il n'avait pas vu deux plumes tomber du ciel... Aucun oiseau de belle taille n'était visible. Intrigué, et n'ayant strictement rien à faire, il se dirigea vers la provenance desdites plumes, fort belles et bien blanches, par ailleurs. Arrivé au pied de la bâtisse au sommet duquel Haarel, il vit vaguement la silhouette floue de celui-ci. Ne pouvant s'empêcher de faire le lien entre la présence d'un humain sur un toit et la chute de plumes, sa seule pensée cohérente fut:


*?*


En d'autres termes, il était surpris. Un homme, jusqu'à preuve du contraire, ne pouvait absolument pas voler. A moins d'avoir des ailes. Chassant cette idée saugrenue qui lui arracha une esquisse de sourire, il interpella ce qu'il prenait pour un adolescent -du fait de la luminosité plus que contestable:


-Hé, mon garçon! Que fais-tu ici? Tu risques de tomber! Allez, rentre chez toi!


Il avait parlé d'une voix naturellement bourrue, grave, qui allait ton sur ton avec son visage sombre, comme coupé à la serpe. Le résultat était inquiétant, et l'impression d'avoir pour interlocuteur un tueur n'en était que renforcé par l'éclairage au clair de lune qui créait de sinistres contrastes. Avec la hache dans son dos, Dwaretlan n'apparaissait pas du tout comme un convalescent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.travian.fr/?uc=fr4_57563
Haarel
Le déchu
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2008

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Ange
Amour: //

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Mar 30 Sep - 15:58

Haarel prêta finalement attention au bruits entendu précédemment, il observa la silhouette de ce qui ressemblait a un homme, d'une envergure impressionnante. La surprise fut sa réaction lorsqu'il entendit des paroles exclamés par celui-ci a son encontre, comment l'avait-il appelé ? Gamin ? Un léger rire échappa de sa personne, il comprenait qu'il le prenne pour si jeune, en effet, il n'avait rien de la montagne de muscles. De plus, cette obscurité devait certainement amplifier son apparence juvénile. Mais l'ironie jouait dans cette rencontre, celui qui semblait le plus frêle et jeune, était, et de loin, le plus vieux des deux. Descendant de son perchoir, en quelques secondes ses pieds touchèrent le sol dans le silence le plus total, sa longue tresse retombant sur son épaule, il fixa son interlocuteur de ses yeux d'un bleu profond. Remarquant très facilement l'armure que portait Dwaretlan, la déduction que c'était un guerrier s'imposait d'elle même. Haarel savait pertinemment que les anges ne devait pas ce faire remarquer, voir même connaître dans le bas monde, mais après tout, cela ne lui servait plus a rien de suivre ces règles non ? D’autant plus que cela faisait déjà un moment qu’il était connu, ne serait-ce que par des rumeurs ou légendes. Ainsi il répondit d'un ton direct a cet homme.

Je conçoit que cette obscurité peut dérégler votre vision, mais sachez que vous êtes certainement mal placé pour m'appeler ainsi.


Quelques pas en sa direction, et son corps s’en retrouvait maintenant bien visible pour Dwaretlan, sans doute n'aurait-il pas compris les paroles qu'il venait de prononcer, mais il n'en avait rien à faire. Ce rapprochant encore un peu plus, son énorme fourreau était a présent bien visible et les deux lames qui s'y abritaient pourrait frapper en seulement quelques secondes. Mais l'humain semblait porter en son dos, lui aussi, une arme bien étrange, des émanations s'en échappaient et il était impossible pour Haarel de ne pas les sentir. Quelle créature habitait-elle en son sein ? Peut-être n'allait-il pas tarder à le savoir. Et puis, soyons franc, a quoi bon cela pourrait-il lui servir ? A rien, bien, nous sommes d'accord...
Ses mains vinrent se rejoindrent derrière sa tête et son visage affichait maintenant un large sourire.


Quel est votre nom, guerrier ?


Restant dans sa position, il guettait la moindre action de Dwaretlan, ce n'était pas la première fois qu'il rencontrait quelqu'un ainsi, mais la perspective d'être traité comme un gamin le gênait quelque peu. Bien sur, la conscience que l'obscurité pouvait faire d'énormes changements sur l’apparence de quelqu'un, était présente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwaretlan Gravedigger
Capitaine à la Hache
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 03/09/2008
Age : 24
Localisation : France

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Humain (Eden)
Amour: Snaga

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Sam 4 Oct - 13:43

Le guerrier en question ne put s'empêcher d'afficher sa surprise lorsqu'il découvrit que le "garçon" à qui il croyait avoir affaire était un brin plus vieux qu'il ne le pensait, et, remarquant les extrémités de cuir d'un fourreau, il compris que son interlocuteur était également plus dangereux que ce que la noirceur déclinante de la nuit ne le laissait présager. Cela posait problème: s'il s'agissait d'un belliqueux, voleur ou assassin, Dwaretlan ne pourrait faire le poids: il ne s'était pas ré-entraîné au maniement aussi subtil que brutal (surtout brutal) de la double hache de guerre. Hors, un convalescent -même anciennement champion de justice royal- ne pouvait contenir en situation de rixe un jeune homme en bonne condition physique maniant deux lames dont l’efficacité ne dépendait pas de la force brute, mais de l’agilité, ce dont avait fait preuve l’inconnu.

Quand ce dernier lui demanda son nom, le guerrier ne sut quelle attitude adopter : lui révéler son identité ne lui servirait à rien, puisque lui-même ne la connaissait pas… Et ne pas la révéler pourrait mettre sur la défensive –et par conséquent, sur l’offensive- son interlocuteur. Or, comme démontré précédemment, en cas de combat Dwaretlan aurait peu de chances de l’emporter. Ne voyant pas d’un œil positif la situation, le guerrier répondit, méfiant :

-Dwaretlan Gravedigger, et vous ?

Il refusait d’avouer son état, et, d’un peu discret mouvement d’épaules, il plaça son fourreau de telle sorte à ce qu’il puisse récupérer rapidement Snaga l’Expéditrice en cas d’attaque. Mieux valait être prudent, surtout quand on n’était pas au sommet de sa forme. C’était pourquoi il défit d’un mouvement du pouce et de l’index les attaches métalliques de son heaume. Si l’inconnu devait l’attaquer, s’il devait y rester, il serait prêt… L’autre sentirait le coup passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.travian.fr/?uc=fr4_57563
Haarel
Le déchu
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2008

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Ange
Amour: //

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Sam 4 Oct - 17:49

Haarel leva un sourcil lorsqu'il le mouvement du guerrier qui semblait prêt au combat, restant de marbre, c'était au tour de Dwaretlan de demander le nom de notre ange, devait-il le lui donner ? On son surnom suffirait peut-être amplement ? Décision qui ne mit que quelques secondes a être prises, Haarel s'avança d'un pas et gardait ses yeux fixé sur son interlocuteur. Devait-il l'attaquer et en finir rapidement ? Méritait-il sont châtiment ? Il allait attendre un peu avant de le savoir, de toute façon, personne n'as encore échappé a sa lame lorsqu'il oeuvrait au nom de la paix. D'une voix simple il lui répondit :

Haarel.


Rare étaient ceux qui avaient un jour entendu son nom de ses propres lèvres, rare étaient surtout ceux qui avaient eu le temps de le lui demander. Haarel est le genre de personne qui disparaît sans laisser de trace, en quelques secondes, il s'efface de la vie de ceux qu'il rencontre. Dwaretlan ne dérogerait certainement pas a cela.

Et que fais tu ici a cette heure, Dwaretlan ?


Il ne pouvait lui dire de ne pas craindre une offensive de sa part, cela pourrait très bien se produire. Il gardait donc un ton neutre, ainsi qu'une main sur son fourreau, il n'aurait aucune hésitation à s'en servir, après tout, un châtier de plus à son compte ne changerait pas grand chose. Il n'avait rien d'un assassin ou autre roublard, mais beaucoup le considérait comme tel, bien sur personne ne connaissait sa véritable apparence, car rare sont les témoins de ses jugement. Celui qu'ils considèrent comme un meurtrier est l'ange déchu, mais jusqu'a présent seul ceux de sa race sont au courant que c'est lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwaretlan Gravedigger
Capitaine à la Hache
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 03/09/2008
Age : 24
Localisation : France

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Humain (Eden)
Amour: Snaga

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Dim 5 Oct - 22:03

[HRP: je change de couleur parce que je trouve que l'ancienne, en gras, était illisible.]

-Et que fais tu ici a cette heure, Dwaretlan ? fit Haarel.

-Si je te répondais que cela ne te concerne pas, passeras-tu ton chemin?rétorqua Dwaretlan.

Son ton était volontairement dénué d'agressivité, mais plein de lassitude, signifiant qu'il ne cherchait pas le conflit. Il avait déjà fait une erreur, en dévoilant son identité à un parfait inconnu. Le rêve dans lequel il se faisait "juger" par un monstre horrible lui laissait sous-entendre qu'il n'avait pas été un soldat ordinaire. Il pensait plutôt avoir eu une carrière de bourreau, pui
sque sa hache et son allure se prêtait parfaitement au rôle. Hélas, ne savant pas où il avait exercé son sinistre métier, il avait certainement attiré la haine et la colère de familles déplorant un ou plusieurs morts de sa main. Si sa réputation l'avait précédé dans ce village où régnait la méfiance, Dwaretlan ne ferait pas long feu... Jetant un rapide coup d'œil à son interlocuteur, il jugea que sa réaction était disproportionnée et mal calculée: les effets recherchés n'étaient pas atteints. Il secoua la tête en rectifiant:

-Heu, je... Oubliez ce que je viens de dire. Je me promène pour fuir mes démons. Les ivrognes le font dans les bars, moi je préfère la fraîcheur de la nuit.


Alors que l'aube faisait naître une nouvelle journée sur Osura, ce
monde inconnu à la mémoire voilée de Dwaretlan, les badauds, paysans et
commerçants, sortaient petit à petit de leur foyer, le Capitaine à la
Hache soupira d'aise: la vie reprenait, cela signifiait que ses
cauchemars ne reviendraient pas de sitôt -du moins l'espérait-il. Il allait partir quand un détail l'interpella:


-Et vous, que faites vous sur un toit? Seriez-vous un voleur, ou un assassin? fit-il, soudain très soupçonneux. Je doute, au vu des fourreaux à votre ceinture, puisqu'ils sont de bonne qualité, que vous habitiez ici!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.travian.fr/?uc=fr4_57563
Haarel
Le déchu
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2008

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Ange
Amour: //

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Mer 8 Oct - 18:57

Lorsqu’il entendit la réponse de son interlocuteur, Haarel leva un sourcil en même temps qu’un sourire apparu sur son visage jusqu’à présent neutre. Il ne put dire mot, que de nouvelles paroles s’enchainèrent quelques secondes plus tard. Gardant ses yeux fixés sur Dwaretlan, il fit mine que cela lui suffisait. Mais quel genre de démons hante cet homme ? Passant sur ce léger détail, les villageois commençait a interpeller son regard, ouvrant d’un geste lent leur volets, laissant entrer les rayons du soleil petit a petit.
D’autres étaient déjà levé et préparaient leur charrue, leur chariot, ou tout simplement venaient profiter des premières lueurs de l’astre du jour. Lorsqu’il vit l’homme faire un pas pour partir, il commença a se retourner, peut-être arriverait il a disparaitre avant que trop de gens ne le remarque. Mais il fut stoppé par une question venant de Dwaretlan, interrogation prononcé de telle manière qu’il était impossible de ne pas sentir l’air soupçonneux de celle-ci.
Reprenant lentement sa position de face, non il n’était pas ce qu’il soupçonnait de lui, pas aujourd’hui en tout cas. Sa main se leva lentement, puis ce fut au tour de son index avant qu’il ne ce mette a balancer d’un coté puis de l’autre.
Il était possible de traduire ce geste par deux hypothèses, sois il montrait clairement que non, soit cela exprimait que Dwaretlan ne devrait pas s’aventurer sur ce genre de terrain. Il tenta de prendre le même ton que cet homme a son égard lorsqu’il lui répondit pour la première fois, reprenant mot pour mot sa phrase :


Si je te répondais que cela ne te concerne pas, passeras-tu ton chemin ?


L’ange avait dit ca, avec -toujours- son sourire au lèvre, c’était il exclamer tel le ferrait un perroquet pour le simple fait d’agacer son interlocuteur ? Possible, mais pas forcement vrai. Sa main se rabaissa, en prenant soin, de pousser la tresse qui avait été jusque la posé sur son épaule. Elle retomba en arrière, atteignant le bas de son dos. Il réfléchit quelques instants, mimant la personne qui cherche des excuses, puis il daigna lui répondre correctement :

En effet, je ne suis pas d’ici. Et je ne suis pas non plus un assassin ou tout autre roublard, pas aujourd’hui en tout cas…


La fin de sa phrase, c’était terminé dans un souffle, cela aurait put être inaudible, mais il s’en fichait. Après tout, il ne ce considérait pas comme un assassin, pour lui, c’était un chevalier de la justice, un guerrier de la paix, ni plus ni moins. Mais bien entendu, il était difficile aux gens d’en bas, y compris a certain d’en haut, de le comprendre.
Gardant ses yeux bleus posé sur Dwaretlan, il attendait la moindre réaction de celui-ci, cette réponse allait-elle lui suffire, ou allait il l’interroger de nouveau ?



[Désolé du retard, j'avais pas d'idées silent ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwaretlan Gravedigger
Capitaine à la Hache
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 03/09/2008
Age : 24
Localisation : France

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Humain (Eden)
Amour: Snaga

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Lun 13 Oct - 21:01

[HRP: moi non plus je ne savais pas quoi mettre...]

Dwaretlan, obstiné comme il lui arrivait de l'être, plissa les yeux, cette fois-ci sûr et certain qu'Haarel était un assassin. Avant de lancer à la tête blonde de son interlocuteur à l'humour de farce, il prit le temps de faire mûrir ses arguments, développer ses idées, histoire de ne pas faire d'erreur qui pourrait s'avérer fatale, pour l'un comme pour l'autre. Il faillit prendre la parole, puis se retint, conscient que ce qu'il allait dire était faux. Enfin, après avoir -plus discrètement cette fois-ci- dégrafé complètement les sangles de son heaume de fer noir et celles du fourreau de Snaga l'Expéditrice, qu'il chérissait plus que tout en ce moment, il fit, d'un ton suffisamment haut pour que quelques villageois puisse l'entendre:



-Vous ne venez pas d'ici!
avança-t-il. La plupart des badaux d'ici non pas un barda aussi richement décoré que le vôtre; vos épées, qui ne sont certainement pas des cure-dents, sont dans des fourreaux de trop bonne qualité pour que vous puissiez appartenir à ce village! Ensuite, je vous trouve sur un toit, bien armé, durant la nuit. Comment voulez-vous me faire croire un seul instant que vous n'alliez pas tuer quelqu'un ici? C'est impossible! Quant à ma propre origine, certains ici se souviendront sans doute d'où je suis venu... Mais vous? Qui, parmi vous, a vu un tel oiseau?

Il maintint avec précaution la distance entre lui et ce qui était sûrement un tueur. Il jeta un très bref regard vers les villageois plus ou moins endormis qui commençaient à venir écouter le Capitaine à la Hache. Ce dernier sourit en son for intérieur: son discours des plus compromettants lui permettrait, dans le cas très probable que les deux s'affrontent, de s'attirer la pugnacité des humains en sa faveur.

_________________
Dans le VIème commandement de l'Ancien Testament, Dieu dit: "Tu ne tueras point".
Chiche!


Snaga par Didier Graffet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.travian.fr/?uc=fr4_57563
Haarel
Le déchu
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2008

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Ange
Amour: //

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Mar 14 Oct - 21:59

Haarel affichait toujours son sourire qui ne semblait plus vouloir s’effacer, Dwaretlan cherchait-il l’affrontement ? Les villageois commençaient a s’amasser autour des deux individus, impossible a présent de s’en aller sans attirer leur attention, tan pis, ses yeux fixait toujours son interlocuteur. Si c’était en quête d’un combat qu’il prononçait ces paroles, il pouvait avoir la certitude que si il continuait ainsi, les lames de l’ange ne tarderaient pas a lui répondre. Posant la mains sur l’un des manches de ses armes, il s’exclama ensuite envers l’homme qui semblait a présent certain qu’Haarel était un assassin :

Il semblerait impossible de délogé cette image d’assassin de votre esprit, je vais donc vous confirmer la chose, peut-être en aurions nous terminer.


Sa main gauche glissa le long du manche et d’un mouvement de doigts il détacha ce qui semblait fixé les lames au fourreau, seul une petit clic ce fit entendre, les villageois semblait a présent réveillé comme il se devait, commençant leur chuchotement a tour de rôle, Haarel ne put que leur jeter un regard. Peut-être que cette promenade n’avait pas été la meilleur idée qu’il eut ce jour la, Dwaretlan semblait bien engager pour se battre, mais avait-il une chance face a l’ancien exécuteur du peuple d’Alton ?
Pourquoi pas, tout est possible. D’un geste vif, sa main gauche se fixa au manche de sa première lame, il ne mit que quelques secondes pour la brandir en direction de son interlocuteur. Un léger filin doré reliait le bout de celle-ci a l’autre manche encore entreposé dans le fourreau. Les personnes se trouvant autour écarquillait les yeux, surpris par se geste, plusieurs firent quelques pas en arrière, marmonnant de plus belle. Son sourire restait en place sur le visage de l’ange, comme si il était gravé, il s’exprima de nouveau :


Il est possible que je sois un assassin, j‘apporterais la mort avec moi, mais avec l’arme et l’armure que tu porte, je doute que tu n’en ait pas fais autant.


Se demandant comment il en était arrivé la, la matinée apparaissait comme bien partie, qui aurait put avoir la simple pensé qu’il se retrouverais dans cette situation. En effet, elle n’est pas très exceptionnelle mais tout de même, lui qui jamais ne se fais remarqué, ne se fais voir. L’infant des nuages allait peut-être une nouvelle fois verser le sang, mais il n’en avait que faire, Dwaretlan avait certainement déjà répandu ce même sang. Impossible d’en apporter une preuve concrète, seul l’aura que dégage l’arme de cet homme lui impose cette intuition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwaretlan Gravedigger
Capitaine à la Hache
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 03/09/2008
Age : 24
Localisation : France

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Humain (Eden)
Amour: Snaga

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Ven 17 Oct - 18:37

Dwaretlan eut un doute quand Haarel libéra une de ses épées: un assassin aurait préféré détourner les regards de la population locale, surtout s'il venait ici pour remplir un contrat. Or, le dangereux voulait se battre ; de plus, il prenait plaisir à cette situation, qui s'avérait pour le moins précaire. Par conséquent, Haarel devint pour le guerrier un psychopathe, du même rang que Galli l'alligator. La nuisance, le sadisme incarné en un être au visage angélique, mais à l'âme d'une noirceur égale aux pires extrêmistes religieux qui puisse exister en ce monde. Le Capitaine à la Hache plissa les yeux: une telle infection était fortement préjudiciable à la société -et donc à lui. Or, en nombriliste achevé -bien que cela ne lui soit pas exactement naturel, rien ne l'irritait plus qu'une chose le menaçant. Il fallait régler ce détail sur-le-champ.

*Vas-y, tue-le, tu n'es pas faible... Il t'a provoqué... Tu es fort... TUE-LE!!!* susurrait en continu une voix envoûtante, mystérieuse.

Le coeur de Dwaretlan se mit à battre de plus en plus fort. Possédé par la voix, il attacha son heaume noir d'ébène sur la tête, posa son fourreau dorsal dans un fracas de métal et de cuir ; il en sortit la terrible Snaga l'Expéditrice, celle qui trancha des milliers d'hommes et bêtes depuis de siècles. Il fit plusieurs moulinets, faisant chanter sa hache. Le faible poids de l'arme n'étonna qu'à moitié le guerrier, qui sentit intérieurement que cela était naturel. Dans un enchaînement destiné autant à s'échauffer qu'à prouver à celui d'en face qu'il n'était pas aussi faible qu'il n'y paraissait, il démontra sa force et sa dextérité. Il fit d'une voix forte, bien que légèrement étouffée par l'acier de son heaume:


-Ecoute-moi gamin! Si j'ai semé la mort, cela n'était certainement pas pour mon plaisir! Tu veux du déchiquetage? Viens, c'est gratuit! Je te montrerai que tous ceux que tu as tué étaient moins mauvais que toi!

Il avait utilisé le terme "gamin" uniquement pour le faire réfléchir sur ses actes, bien qu'il était persuadé que cela aurait des effets contraires à ceux souhaités. Mais la voix intérieure lui conseillait de clamer cela, pour qu'il puisse recouvrir les "bonnes vieilles habitudes".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.travian.fr/?uc=fr4_57563
Haarel
Le déchu
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2008

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Ange
Amour: //

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Sam 18 Oct - 12:56

Haarel avait regarder sans exprimer un mot la petite démonstration du guerrier, il semblait plus fort qu’il ne l’avait pressenti mais qu’importe, lorsqu’il entendit les paroles, son sourire disparu, son visage prit l’expression du néant, vide, froid, impassible. Moins mauvais que lui ? IL œuvrait pour le bien, pour la paix ! Encore une personne qui ne pouvais pas le comprendre, ni lui, ni ses agissements. Il ne répondit pas a ces paroles, laissant un léger silence s’installer, il ne pouvait pas savoir pourquoi il faisait tout ceci, il ne méritait pas qu’il lui réponde. Sa cause est juste et il le savait, pas besoin d’autres personnes que lui.
De sa main encore libre, il attrapa le manche qui dépassait encore du fourreau, sortant ainsi la lame. Devait il prévenir son adversaire qu’il n’avait a faire avec n’importe qui ? Oui pourquoi pas, d’un geste vif, il lança sa lame en direction de Dwaretlan, même elle fut stoppé dans sa course grâce au filament qu’il tenait maintenant de la main qui avait projeter la lame. Il fit un tour autour de lui pour la ramener et lâcher l’autre lame qu’il tenait encore en main, le filament glissait entre ses doigts tandis que les lames valsaient dans des mouvements circulaire et calculé auprès de lui. Mais chose étrange, il continuait a fixé cet homme, sans même un battement de cil.
Lorsqu’il décida de terminer sa démonstration, le sourire réapparu a ses lèvres, au moment ou les lames se plantèrent au sol. Quelques pas et il les avait de nouveau empoigné comme il se devait, démontrant ainsi a Dwaretlan que le déchu n’était pas a sous-estimé.


Sache que moi non plus je ne tue pas pour le plaisir. Et apprend que tu n’est réellement pas en position de m’appeler gamin.


Le combat venait de s’engager, c’est Haarel qui prit l’initiative de commencer. Sa jambe droite se mit a tourner au centre du fil, l’enroulant ainsi autour, les villageois commençait a s’écarter. Beaucoup ce serait dit pourquoi ce geste absurde, mais sachez que chez cet homme, tout est calculé, rien n’ai laissé au hasard. C’était ainsi qu’il prit une grande impulsion en direction de Dwaretlan, sautant dans les airs, il se recroquevilla, portant ses genoux a sa tête, il fit un salto qui emporta les deux lames a suivre le mouvement et donc a se diriger tout droit en direction de l’humain qui l’avait provoqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwaretlan Gravedigger
Capitaine à la Hache
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 03/09/2008
Age : 24
Localisation : France

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Humain (Eden)
Amour: Snaga

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Sam 25 Oct - 16:58

Dwaretlan ne put absolument pas cacher sa surprise lorsqu'Haarel déclara son absence de plaisir dans le fait de tuer des innocents. Pourquoi tuer des innocents si ce n'est par plaisir? Déconcentré, il ne put réfléchir davantage lorsque le mystérieux l'attaqua de façon inhabituelle... Il avait jeté son barda, et lors du saut périlleux du belligérant, il se décala vers sa droite au dernier moment, d'un violent mouvement de hanche qui tira sur ses muscles endoloris par sa convalescence. Ne pouvant utiliser Snaga -trop excentrée, il pivota pour enfoncer son poing d'un crochet du droit sanglant dans le nez de son agresseur.

-Mais qui es-tu pour tuer sans plaisir des innocents?
demanda le guerrier, exaspéré. Serais-tu une sorte d'assassin, ou un fou tentant de faire justice?!

Il ne savait que faire: reprendre le combat, pour une querelle inutile, ou tourner le dos, alors que sa conscience sentait déjà les effets de la voix maléfique? Dwaretlan se battait sur deux fronts: contre Haarel et contre une entité inconnue mais familière, au plus profond de lui-même...

[HRP: pas facile de faire plus long sans démolir le RP...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.travian.fr/?uc=fr4_57563
Haarel
Le déchu
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2008

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Ange
Amour: //

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Dim 2 Nov - 13:38

Ses paroles semblaient avoir déconcerté l’homme qui se trouvait face a lui, qui échappa de justesse a son offensive, il lui décrocha un coup de poing violent qui entra en contact avec son visage, se rattrapant tant bien que mal, il reprit position face a l’homme, en se relevant lentement. Soudain, lorsque Dwaretlan prononça de nouvelles paroles a son encontre, ses yeux se refermèrent, personne ne semblait pouvoir le comprendre. Cette phrase résonna dans son esprit, durant quelques instants, le silence c’était fait roi, même les villageois avait arrêté leur chuchotement et regardais avec de grands yeux les deux opposants.
Un fou tentant de faire justice… Au moins, aucune personne n’était passé aussi prêt de la compréhension de ses agissements, mais il n’était pas fou, non, et ne tentait pas de faire justice, il faisait justice. Son travail, son but, sa raison de vivre est la.


Je fais ce pourquoi je suis ici. Ce pourquoi j’ai été créé.

Cette phrase fut prononcée, afin que Dwaretlan puisse l’entendre de manière parfaite, un ton grave l’avait martelé tout durant. Est-ce qu’un jour quelqu’un, aurais la présence d’esprit suffisante pour savoir que ce que réalisait cet ange, n’avait qu’un but : la paix. Ce qu’il tue, ne sont jamais des innocents, ou bien ne l’était pas auparavant. Sa force, sa présence sont vouées a ce but ultime, cette rage qui ronge ces terres doit cesser. Plongée dans ces pensées, il en fut tiré de force par une vive douleur qui venait de traverser de haut bas son corps. Telle une épée qui tranche dans la plus grande lenteur ce qui constitue l’être humain. Un de ses genoux se plia involontairement, sous le poids de cette douleur, qu’il espérait passagère, ce n’était pas le moment. Sa tête s’abaissa lorsqu’un deuxième vague ce déferla en lui.

Il est difficile de comprendre… Ce que je fais, tuer n’es pas un plaisir… et est loin de l’être. Je ne vise… qu’une chose ! Qui pour tous est incompréhensible, les personnes en ces terres ne cherchent pas plus loin que ce qu’ils ne voient. Mes actes sont certes non pardonnables, mais… ce pour quoi j’œuvre mérite des sacrifices !


Sont soufle était saccadé, et semblait s'accélérer au fur et a mesure que le temps passait. Il ce releva, lentement, tentant vainement de supporter la douleur qui l’envahissait. Pourquoi maintenant ? Son visage se releva alors, de son œil gauche perlait un filait de sang, se déployant sur la joue, puis sur le menton, il terminait son chemin en tombant goutte a goutte sur le sol. Dwaretlan et les humains présent ici, étaient témoin du mal qui le rongeait, le problème était que si cela continuait, il ne pourrait plus rien faire et ses ailes s’exhiberaient a l’encontre de sa volonté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwaretlan Gravedigger
Capitaine à la Hache
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 03/09/2008
Age : 24
Localisation : France

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Humain (Eden)
Amour: Snaga

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Dim 2 Nov - 21:51

Dwaretlan Gravedigger baissa sa garde, laissant Snaga se planter à moitié dans le sol boueux. Haarel ne semblait plus hostile, et le guerrier remarqua que ses mots avaient été plus efficaces que son poing. Son adversaire laissait échapper des spasmes que Dwaretlan interpréta comme de la douleur, bien qu'il ne comprit pas la cause d'un tel revirement de situation. Haarel était touché par ses propos, et le Capitaine à la Hache ne savait pas du tout pourquoi.

Je fais ce pourquoi je suis ici. Ce pourquoi j’ai été créé.

Hésitation de la part du guerrier: il avait été créé... Cela voulait-il dire qu'il n'était pas maître de son destin, et donc encore moins de ses actes? Dwaretlan plissa les yeux, intrigué:


-Tu... Tu n'es pas... Humain?
demanda-t-il, surpris par sa propre question.

Brusquement, tout devint clair dans l'esprit du guerrier: la compréhension illumina son visage comme le soleil balaie la brume en hiver. La plume qu'il avait vue, le jeune homme perché sur un toit et qui en descendait avec la grâce d'un chat... Haarel était effectivement un ange!
Dwaretlan rit nerveusement: un ange était-il censé tuer pour faire justice? Les anges aux yeux de l'amnésique étranger étaient des créatures inoffensives pleines de cœur. Cela excluait la possibilité d'un ange vengeur. Les mythologies variaient donc d'un endroit à l'autre du globe...
Le guerrier voulut détromper son interlocuteur; la nature quasi-divine d'Haarel ne justifiait pas ses erreurs! Il parla donc ainsi:


-Si tu es le seul, parmi ceux d'en-haut, à faire justice, alors tu ne la fais pas: la vérité est une prostituée qui s'offre à tous, en changeant de visage, et la justice est sa sœur!
La justice est une question de point de vue. Si tu tues un malfaiteur, son fils de dix ans hurlera "à l'assassin!!!" et pleurera une telle injustice. Seul, tu ne peux résoudre les problèmes d'un monde que moi-même j'ignore.
Si tu as été "créé" dans ce but, alors ton maître est aussi fourvoyé que toi.
Renonce à ta quête, qui est plus qu'honorable: semant la mort pour faire fleurir la justice ou même la paix, tu planteras les graines du mal, de la violence et de la volonté de se venger dans les cœurs des familles des victimes!

Dwaretlan comprenait le problème de l'ange: il était subjectif. Or un jugement subjectif était par définition injuste, car basé sur un seul point de vue. Quand il croisa le regard de l'ange troublé, il se demanda si celui-ci pourrait trouver la paix tant qu'il n'aurait pas tué tous ceux s'opposant à son jugement. Car s'il ne le faisait pas, son jugement serait faux, et les meurtres et assassinats qu'il aurait commis s'avèreraient inutiles. Un tel dilemne devrait changer le regard d'Haarel sur le monde -du moins le guerrier l'espérait ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.travian.fr/?uc=fr4_57563
Haarel
Le déchu
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2008

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Ange
Amour: //

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Lun 3 Nov - 23:00

Harrael avait ses yeux posés sur Dwaretlan, écoutant ses paroles qui résonnaient dans son esprit, a présent troublé. Et si ce guerrier avait raison ? Ces agissements causerait encore plus de mal que ce qu’il tentait d’arrêter ? L’ange de l’exécution serais dans la faute depuis le début, depuis le commencement.
Ses jugements, n’auraient donc servis a rien ? Tout ses hommes tombés sous le poids de la justice, ne seraient que des erreurs de sa part ? Troublé, voila quel était son état a ce moment précis, comment seriez vous si on vous exclamait purement que tout ce que vous avez tenté et réalisé, ne servait plus la cause que vous cherchez a éviter que celle dont vous rêvez ?


Impossible !

Toutes ses questions avaient déjà martelées sont esprit, touts ceci avait déjà été remis en cause, mainte fois, ne pouvant y trouver de réponse, l’oubli avait été la meilleure solution. Mais cet homme, Dwaretlan, venait d’envoyer un nouveau martèlement dans l’esprit de cet ange qui ne savait plus ou il en était, balancé entre les vagues de douleurs qui le traversaient et ses pensées dans un conflits qui ne cherchait qu’a s’éveillé.
Son regard était vide, et en une seconde, sa mains vint rejoindre son front pour soutenir la mal qui le rongeait, le sang sortait a présent de son œil gauche, faisant rejoindre les deux rivières rouge au bout de son menton. Dans un élan, il pris une profonde inspiration et s’exclama de vive voix :


Tu as vu juste quand a mes origines. Mais ne croit pas que je vais remettre en cause ce que je fait depuis bien avant ta naissance !

La phrase qu’il venait de prononcer n’avait aucun accord avec ce qui se passait en lui, il était partagé par sa douleur et par le doute, non Dwaretlan n’avait en aucun cas causé cela, ce doute dont je vous parle, est la depuis bien longtemps, tapis dans l’ombre de son être…
Cet homme ne fut que l’une des nombreuse chose qui le poussait a revenir a la surface. Mais Haarel, ne dérogerait pas si facilement a son devoir qu’il s’était lui-même instauré, qu’il soit seul ou non, la paix fleurira de sa main.


La paix, je le répète, mérite des …

Il n’eut le temps de terminer sa phrase que ses genoux lâchèrent, sa main posée au sol, sa respiration s’accélérait rapidement, ce n’était pas le moment, vraiment pas le moment. Soudain, du creux de sa main jaillit une lumière, s’élargissant jusqu’à envelopper celle-ci, et, dans un grand éclat, tout les villageois a l’exception de Dwaretlan se retrouvèrent aveuglés. C’est a ce moment que ces ailes firent leurs apparition, d’un gris profond, elle battaient l’air, lentement.

Sacrifices…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwaretlan Gravedigger
Capitaine à la Hache
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 03/09/2008
Age : 24
Localisation : France

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Humain (Eden)
Amour: Snaga

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Mar 4 Nov - 12:50

Le travail involontaire de sape se poursuivait en Haarel: il perdait de sa force, semblait effondré par les propos du guerrier. Il était étrange que l'ange fusse écrasé par les propos d'un homme qui contribuait directement à alimenter la guerre.

*Une guerre... Je suis donc dans un monde ravagé par la guerre, si un ange y consacre son existence. La situation doit être critique. Moi qui ai certainement participé activement à des batailles, je suis par conséquent un vecteur du conflit, bien que dans ce cas-là je ne suis pas impliqué dans cette guerre-là. Amusant: je prouve que l'assassinat n'est pas une solution pour ramener la paix, alors que mon métier est de tuer, à un ange censé protéger des vies et qui, pour cela, sème la mort!* pensa Dwaretlan.

Il réfléchit un peu plus, essayant de ramener l'apparition céleste dans le droit chemin -qui était, encore, une question de point de vue. Il prit une inspiration, se prépara à répondre à l'ange blasé, quand subitement il eut une explosion lumineuse enrobant Haarel. Instinctivement, le guerrier se protégea les yeux en plaçant son bras gauche devant ses yeux, quand il s'aperçut que cela n'était pas utile: bien que la lumière fusse forte, elle ne lui était pas éblouissante. Un rapide coup d'oeil sur les villageois lui apprit que les habitants étaient, eux, aveuglés. La lumière s'évanouit, laissant les humains voir des ailes, d'un gris maladif, battant lentement, dans le dos d'Haarel. Les ailes semblaient trahir les convictions de ce dernier: faibles, mal en point. Dwaretlan comprit que l'ange était sur le point d'abandonner la lutte verbale, et reprit:


-Je ne pense pas que tu aies compris ce que j'ai dit. La paix ne peut être amenée par la violence, puisque de la violence naît la guerre. L'enfant orphelin dont je t'ai parlé ne peut influencer le cours des choses, certes, mais les rois, si! Un décès malvenu, et de colère ils déclarent la guerre à tout-va. S'ils meurent, le peuple qui les aimait feront la guerre au peuple du meurtrier, et s'il ne les aimait pas, une guerre civile apparaîtra.
Il s'agit d'une guerre "compensatoire", pour suivre le proverbe "oeil pour oeil, dent pour dent". Si tu contribues à ce comportement, tu contribues à la guerre.
Les sacrifices dont tu parles ne font qu'aggraver le problème, car ils renfoncent la haine pour l'autre. Et si la paix parvient à exister, elle sera éphémère, et d'elle naîtra une guerre totale nettement plus dévastatrice.


Le "méchant" d'origine venait d'expliquer l'erreur de l'ange: tuer ne signifie pas "calmer le jeu", bien au contraire. Cela signifie "répression", "dictature", "oppression", "misère", et "guerre", soit exactement l'inverse de ce que souhaitait ardemment l'ange fourvoyé.

_________________
Dans le VIème commandement de l'Ancien Testament, Dieu dit: "Tu ne tueras point".
Chiche!


Snaga par Didier Graffet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.travian.fr/?uc=fr4_57563
Haarel
Le déchu
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2008

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Ange
Amour: //

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Mar 4 Nov - 17:07

L’ange écouta une nouvelle fois la parole du guerrier, tout ce qu’il venait de dire, il l’avait bien compris, mais la guerre était la seule chose qui s’avançait dans l’horizon du futur, elle sera inévitable. Incapable de dire mot a cause de ce qu’il était en train de subir, il leva le poing et frappa avec force le sol, la douleur n’était pas encore assez intense pour qu’il ne puisse plus rien faire, ainsi, lorsque sa main entra violement en contact la grava, les douleurs s’inversèrent. Le cerveau, fonctionne ainsi, il sélectionne la douleur la plus vive et ne fait plus attention aux autres. D’une grande inspiration il répondit a Dwaretlan :

J’ai très bien compris ce que tu as dit ! Mais sache que dans ce monde, sur ces terres… la guerre est et sera inévitable.

La douleur de sa main s’étant estompée, celle d’origine revint de plus belle, c’était atroce. Il en était a un point ou, il n’arrivait même plus a ce concentrer. Ses agissements, aidaient certes a celle-ci, mais, même si il ne faisait rien, les peuples d’Osura, finiraient bien par s’entre-tuer. La guerre éclatera un jour ou l’autre, qu’il y participe ou non. L’ange de l’exécution fera son devoir, quoi qu’il en coute, si pour que la paix puisse s’annoncer a l’horizon, la guerre doit d’abord faire rage, alors, il en sera l’instigateur.
Ses jugements non que pour but d’obtenir la paix, ses exécutions doivent servir d’exemple, mais personne ne semble le comprendre sauf cet homme. Il est vrai qu’Haarel possède une vision unique sur le monde, et rien, je dit bien rien, n’arrivera a déloger cette idée qu’il c’est construite lui-même de toute pièce. La paix est sa seule motivation, c’est en quelque sorte sa raison de vivre, sans elle, il ne saurait quoi faire. Dwaretlan comprendra bien vite que ses efforts étaient vain, pour cet ange, tout ce qu’il réalise, tout ce qu’il fait n’a qu’une raison, et ce n’ai pas dans un échange verbal avec une personne de la race en qui il a perdu toute confiance, qui changera sa façon d’être, sa façon d’agir.
Soudain un hurlement se fit entendre de lui, comme si il tentait d’expier le mal qui le ronge de cette façon, ses ailes toujours battante dans son dos ne semblait pas vouloir stopper leurs mouvements, Haarel se tenait a présent le front des deux mains, tentant de tenir face a cette malédiction qui le possède.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwaretlan Gravedigger
Capitaine à la Hache
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 03/09/2008
Age : 24
Localisation : France

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Humain (Eden)
Amour: Snaga

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Mar 4 Nov - 19:19

Dwaretlan Gravedigger retint avec difficulté un soupir d'exaspération. L'ange était plus têtu que lui... Obstiné, mais en tort, et ce dernier point, le Capitaine à la Hache comptait bien y remédier, pour que de cette entrevue Haarel se rapprochât plus de la définition exacte, de la ligne principale des objectifs de la race proche-humaine de l'ange. Ces objectifs étaient: protéger les humains d'eux-mêmes et des autres, apporter la paix dans le monde. Du moins telle était la vision plus ou moins nette de l'étranger amnésique: puisqu'il ne connaissait pas exactement la nature et la sainte mission d'un ange, il ne pouvait répondre au problème de l'ange blasé. Progressant par tâtonnement, il déjouait les arguments de moins en moins convaincants de son interlocuteur, qui perdait pied.

J’ai très bien compris ce que tu as dit ! Mais sache que dans ce monde, sur ces terres… la guerre est et sera inévitable.

-Alors tes efforts restent et resteront vains!
rétorqua-t-il. Tous ceux que tu as tué apportent une charge inutile de morts et de douleur! Calme le jeu en apprenant aux enfants à dire "NON!" à la guerre, dégoûte-les des batailles héroïques! Tu ne fais que renforcer les sentiments que tu combats! Comme je l'ai dit tuer ne résoudra rien: l'Homme est conçu de telle sorte que l'agrandissement d'un crime soit sa justification. Un meurtre est répréhensible, et la guerre, une chose nécessaire aux yeux des hommes. Le vol est condamné, le pillage est glorifié. Or, en tuant, tu alimentes la guerre. Donc tes actes sont injustifiés... A cause du cerveau paradoxal des humains. Tu ne peux rien faire à cela ainsi.

Dwaretlan comprenait que Haarel était suffisamment obtus à toute remarque désobligeante pour ne pas céder, admettre qu'il était dans la mauvaise voie. Mais convaincre un être persuadé de représenter le seul espoir de la paix et de la justice depuis quelques siècles ne se ferait pas en un jour: Haarel devrait d'abord rencontrer des dizaines de gens du même avis pour ensuite réfléchir seul et se remettre de lui-même dans le chemin complexe de la droiture...

_________________
Dans le VIème commandement de l'Ancien Testament, Dieu dit: "Tu ne tueras point".
Chiche!


Snaga par Didier Graffet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.travian.fr/?uc=fr4_57563
Haarel
Le déchu
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2008

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Ange
Amour: //

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Sam 8 Nov - 15:16

Haarel ne savait quoi répondre a présent, la douleur écrasant sa seul volonté de répondre a son interlocuteur, il semblait a présent impossible de faire quoi que ce soit. Sa tête le brulait atrocement, son corps lui donnait l’impression d’être traverser lentement par des centaines de lames, d’être tranché de tout cotés. Aucune personne en ce monde ne pourrait faire quoi ce soit en subissant ce genre de supplice, durant quelques minutes, seul des gémissement de douleur ce faisaient entendre de ca personne, ses battant l’air lentement. Jusqu’au moment, ou tout ceci se stoppa, brusquement, plus de douleur, plus de souffrance, quel mal étrange ronge les entrailles de cet ange déchu ? Les larmes c’étaient arrêtées de couler, son sang de ce déverser, il reprit pied lentement, ce relevant difficilement, Haarel se remit debout, face a Dwaretlan. Les jambes flageolantes, il ne tenait presque pas debout, ses crises semblaient s’amplifier un peu plus a chaque fois, quand sera-t-il libéré de cette malédiction ?

Quoi qu’il en soit, il pouvait de nouveau se concentrer et réfléchir correctement, il était en ce moment incapable de trouver réponse au dernier propos de l’homme, et ce contentait de le fixer.
Et si, il avait raison ? Et si, tout ce qu’il faisait ne servait strictement a rien ? Combien d’homme auraient goutés a son châtiment pour rien ? Ce n’était pas possible, il ne pouvait être dans l’erreur !
Ce doute qui depuis longtemps avait disparu en lui, était en train de ressurgir, comment pouvait-il s’être trompé a ce point ? Cela ne se pouvait pas ! Cet homme, Dwaretlan, avait réussi a semer un grand trouble a l’intérieur de l’ange, il n’était pas dit qu’il abandonne ce qu’il considérait comme sa tache, mais il commençait a se remettre en question, tout ces agissements défilait devant ses yeux, il ce souvenait de chacun de ses jugements, de chacune des personnes qu’il a jugé. Etant complètement déconcerté, il ne put que répondre un léger :


Je…


Il ne savait plus quoi dire, quoi penser. Tant de questions traversaient sont esprit, mais il ne connaissait pour l’instant, aucune réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwaretlan Gravedigger
Capitaine à la Hache
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 03/09/2008
Age : 24
Localisation : France

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Humain (Eden)
Amour: Snaga

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Dim 9 Nov - 15:33

L'ancien champion de justice royal sentait qu'une douleur écrasait la volonté de l'ange blasé. Il en concluait que celui-ci doutait de sa propre vision du monde, alors qu'un amnésique ne connaissant rien de celui-ci le comprenait mieux. Il se demandait s'il fallait mieux "l'achever" dans ses convictions erronées ou plutôt tenter de le guider vers une voie meilleure. La voix intérieure, nombriliste et agressive, le faisait pencher pour les deux à la fois. Dwaretlan Gravedigger se retint de céder à l'entité maléfique, inconnue mais pourtant étrangement familière. Le Capitaine à la Hache décida d'opter pour le second choix, afin de détruire un être qui ne voulait qu'être juste.
Il fit:


-Vos lames peuvent être encore utiles... La guerre dont vous parlez doit de toutes façons se terminer. Mais les anges ne doivent pas se mêler au front: soigner les blessés, soutenir les familles de tous les fronts pour arracher les mauvaises herbes que sont la haine et les conséquences du conflit. Pour vous, tuer utilement reviendrait à se débarrasser des belligérants en faisant croire qu'il s'agit d'un accident, afin de ne pas semer haine et colère, qui sont les bases sûres d'une nouvelle guerre.
Votre vision de la paix prochaine est fausse, puisque tuer, tuer et re-tuer ne sert à rien: après une telle paix, entachée par les souffrances et les morts, arrive une guerre nettement plus dévastatrice.
Il vous faut détruire les mauvaises herbes en prenant soin de ne pas labourer le sol, afin que les graines pourries ne l'infestent de façon plus durable.


Il finit son discours sur les moyens d'enterrer la hache de guerre, souriant à l'idée que Snaga l'Expéditrice en était une, à sa manière. Deux lames maudites tranchant la chair comme s'il s'agissait de beurre pouvaient-elles servir le peuple? Dwaretlan en doutait, bien qu'il espérait pouvoir contenir jusqu'au bout la voix maléfique qui le tourmentait tant.

[HRP: désolé je n'avais pas d'idées... Neutral ]

_________________
Dans le VIème commandement de l'Ancien Testament, Dieu dit: "Tu ne tueras point".
Chiche!


Snaga par Didier Graffet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.travian.fr/?uc=fr4_57563
Haarel
Le déchu
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2008

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Ange
Amour: //

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Mar 11 Nov - 2:08

Haarel regardait de ses yeux fixe cet homme, tout ce qu’il disait avais un fond de vérité, de réalité. Son esprit a présent tourmenté, il fit quelque pas en direction de ses armes, non pas pour reprendre le combat, mais pour les rapporter a son fourreau. Dans un geste lent, les lames retournèrent dans leur antre en produisant un fin bruit métalique. La corde qui y était accrochée, pendait lentement sur le coté, tout comme sa main gauche qui ne savait ou ce mettre. Le passage de sa malédiction était encore visible au coin des ses yeux, ou de légères taches rouges sont encore présentes, mais il n’en avait que faire. Il s’approcha de quelques vers Dwaretlan, l’observant un instant. Comment un humain pouvait-il tenter de le remettre dans le « droit » chemin ? Un membre de cette race qu’il pensait incapable de rester sur ce même chemin était en train de le remettre en question, de le ramener sur la bonne voie. Quelle ironie.

Dit moi Dwaretlan, pourquoi t’entête tu as a vouloir me faire comprendre la réalité de ce monde que je connait déjà trop bien ? Maintenant que mon esprit a reprit un peu plus de clarté, je doit t’avouer que tu es le premier humain a me surprendre autant.

Mais il n’était toujours pas prêt a avouer que ce qu’il avait réalisé jusqu’à présent n’allait qu’a l’encontre du but anciennement fixé, comment avait-il put s’écarter de la sorte ? Lui-même n’en revenait pas, comment avait-il put en arriver a un tel résonnement, a de telles actions ? Son jugement n’était plus véritable, il n’avait jamais été inutile, mais n’avait jamais servit la cause de la paix. Cette matinée fut plus riche qu’il ne l’aurait pensé, Dwaretlan aura écrit une nouvelle page dans la longue vie de l’ange blasé, la page de la remise en question.



[Pareil... ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwaretlan Gravedigger
Capitaine à la Hache
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 03/09/2008
Age : 24
Localisation : France

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Humain (Eden)
Amour: Snaga

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Ven 14 Nov - 18:59

Dwaretlan afficha un sourire triomphant: Haarel, par une litote, lui avait déclaré que le Capitaine à la Hache l'avait convaincu. Un simple humain, soldat de nature et non érudit, avait démontré en un quart d'heure l'erreur qu'avait faite un être supérieur pendant des siècles! Fier de lui, il ne perçut pas le sous-entendu soupçonneux du blasé. Cependant, la voix qui, depuis qu'il avait repris connaissance sur le rivage de la Forêt des Ombres, l'avait perçu. Le trancheur de têtes qu'était Dwaretlan avait baissé sa garde vis-à-vis de l'ange et de l'entité maléfique. Cette dernière en profita pour "parler à sa place", prenant un timbre vocal bien plus grave, et résonnant, que celle déjà puissante de l'ancien champion de justice:

-Moi? Je suis un homme de ce qu'il y a de plus normal. Snaga est mon moyen d'expression le plus efficace, je vous l'assure : cela me permet de donner du poids à tout ce que je pourrais raconter. Mes ennemis -et ils sont très nombreux- en général sont soit d'accord avec moi, soit morts. Tu as fait le bon choix, toutes mes félicitations!
Quant à la question: "pourquoi voulais-je sauver ta vie qui ressemblait à celle d'un égoutier", parce que tu descendais les ordures, comme moi sauf que je ne fais aucun tri, c'est très simple. J'aurais pu être une de tes victimes, vu comment tu les choisissais mal! Comment aurais-ju pu survivre, alors qu'un ange fou semait la justice au nom d'un principe qu'il ne maîtrisait pas: l'innocence? J'étais condamné...

Tu ne peux toutefois réfuter mes arguments: ils restent bons.


Dwaretlan reprit le contrôle de lui-même avant que l'entité mystérieuse et néfaste n'aggrave son cas. Si Haarel réagissait de façon violente, il le vaincrait, car désormais il n'avait plus de doute sur son but, et aurait l'esprit dégagé de questions existentielles qui le déconcentraient. Dwaretlan ne put que balbutier et marmoner des paroles incompréhensibles pour essayer, en vain, de s'expliquer et de corriger le tour de l'entité qui voulait que coule le sang. Le guerrier n'était pas ce que la voix avait affirmé ; il était juste, bien que parfois cruel envers ceux qui ne méritait que le sort que réservait Haarel envers les mauvais bougres. Cependant le Capitaine avait démontré qu'il ne fallait pas se contenter d'un seul point de vue : par conséquent, il était dans une situation désespérément critique, et l'idée du combat se rapprochait, et au galop s'il-vous-plaît!

_________________
Dans le VIème commandement de l'Ancien Testament, Dieu dit: "Tu ne tueras point".
Chiche!


Snaga par Didier Graffet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.travian.fr/?uc=fr4_57563
Haarel
Le déchu
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2008

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Ange
Amour: //

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Lun 17 Nov - 22:24

Haarel gardait ses yeux fixés sur l’homme face a lui, un homme qui venait de lui exclamer un discours pour le moins déconcertant, notre le ange ne savait pas très bien comment réagir face a ces paroles qui venaient d’être prononcées, mais a sa surprise, Dwaretlan en paraissait également surprit. Son intuition lui disait, que la personne qui venait de lui parler n’était pas l’homme qui ce trouvait face a lui, mais le doute planait sur cette idée et ce n’est que lorsqu’il se souvint de l’étrange aura qui émanait de la haché portée par le guerrier qu’il s’exprima a son tour :

Guerrier, ce qui viens de parler a travers ta personne semble bien étrange.

Un de ces mains glissa le long de son corps jusqu’à atteindre le manche de son épée, d’un mouvement de poignet, il en dégagea une partie de son fourreau, si quelque chose avait réussi a s’exprimer par la bouche de cet homme, elle pouvait surement être capable de l’attaquer subitement, c’est pour quoi il fallait parer a toute éventualité. Si, dans le cas ou rien ne ce cacherait derrière, Dwaretlan devra faire très attention aux paroles qu’ils prononce, on ne sait jamais… Son pied ce décala légèrement, laissant une légère trace de son empreinte derrière lui, ses yeux bleu continuaient de fixer le guerrier, mais particulièrement la hache qu’il tenait en main.


[C'est court désolé, je me rattraperais. ]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dwaretlan Gravedigger
Capitaine à la Hache
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 03/09/2008
Age : 24
Localisation : France

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Humain (Eden)
Amour: Snaga

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Dim 30 Nov - 15:19

[HRP: avec mon retard honteux, pas la peine... Sincèrement désolé Sad ]

La tête de Dwaretlan était brûlante ; de la sueur froide perlait et coulait le long de ses joues, mouillant sa barbe noire. Le puissant guerrier subissait le contre-coup psychologique des méfaits de la voix. Il se sentait mal, et ce dans tous les sens du terme: il savait qu'Haarel, de par sa nature, était un dur -et encore une fois, dans tous les sens du terme. En effet, lorsque l'ange l'avait attaqué et que sa riposte avait sonné son adversaire, Dwaretlan avait eu l'impression de taper contre un mur de pierres, malgré sa force et les gantelets de fer noir. Lui qui d'habitude ne sentait que le doux contact de l'os brisé sous son poing-marteau, cela lui avait fait un choc -tout comme l'attaque orthodoxe d'Haarel : un saut périlleux n'était pas une forme classique de combat! Le guerrier avait interprêté ce mouvement comme une technique basique de ce continent inconnu.

Revenant à l'instant présent, le Capitaine à la Hache ne savait que faire: éliminer Haarel avec Snaga, au risque d'y laisser la peau, ou lui avouer toute cette sordide affaire? Le premier choix lui était fortement conseillé par la voix qui ne cessait de le tourmenter. Bien qu'il ne veuille pas attaquer l'ange, il lui semblait que sa barrière mentale était sur le point de s'écrouler. Quand -et non pas "si"- cela se produirait, il deviendrait fou à lier. Un ange pouvait-il lutter contre un maître d'armes passé berserk? Dwaretlan ne voulait pas vérifier cette question, et c'était cette volonté de ne pas nuire à tout ce qui bougeait qui l'ammena à la deuxième solution. Ses avantages? Eviter un bain de sang inutile, peut-être trouver le moyen d'arrêter la voix. Ses inconvénients? Qui veut, dans l'assistance, passer pour un fou psychopathe? Pers... ?! Oubliez ma question.
Bref, la deuxième situation l'empêchait de mourir et de tuer, mais le précipiterait à coup sûr dans l'hôpital psychiatrique le plus proche... Ou, plus économique, dans les oubliettes. Au final, l'amnésique boucher était le grand perdant.
Ne sachant que dire, il laissa Haarel résoudre de lui-même le choix délicat qu'avait à faire Dwaretlan...


*Vivre enfermé et fou, ou mourir?* pensa un Capitaine désespéré.

_________________
Dans le VIème commandement de l'Ancien Testament, Dieu dit: "Tu ne tueras point".
Chiche!


Snaga par Didier Graffet
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.travian.fr/?uc=fr4_57563
Haarel
Le déchu
avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 20/09/2008

Fiche de Personnage
Présentation:
Clan: Ange
Amour: //

MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   Lun 22 Déc - 2:20

[Avec beaucoup de mal et retard, je m'excuse sincèrement ]

Sa main reposa le peu de la lame qu’il avait dégainé du fourreau, ses pupilles d’un bleu étincelant ne cessait de fixer l’homme bien étrange qui était face a lui. Dwaretlan semblait être en proie a une chose qui déconcertait le déchu, cette hache… Elle lui revenait toujours a l’esprit comme l’instigatrice du comportement soudainement étrange de son interlocuteur mais il n’avait aucun moyen pour le prouver ni même pour le vérifier. Le combat était envisageable, mais l’humain était loin d’avoir l’avantage, les rôles semblaient s’être inversés, l’humain était a présent le tourmenté, et l’ange l’observateur. Il laissa un long silence s’installer, fixant de son regard le porteur de la hache maudite avec l’impression dérangeante qu’une entité planait autour de la charnelle du combattant. Ses bras ce croisèrent, ses yeux tentaient toujours de traverser le mystère que possède cet homme.
Les dernières paroles prononcées par le porteur de Snaga étaient bien crues en comparaison de celle qui avait permis de le résonner, pourquoi Dwaretlan aurait soudainement changé d’humeur dans son langage ? Si, ce qu’il avançait jusqu’ici, sur la possible présence d’une puissance qui aurait prit l’espace d’un instant le corps du guerrier se révélait vrai, pourrait lui aurait-il parlé ainsi ? L’affrontement était ce qu’il ou elle attendait ?
Toujours des questions, mais cette fois, Haarel allait chercher des réponses. Sa main droite, qui avait préalablement reposé la lame dans le fourreau, resserra une nouvelle fois son étreinte autour du manche de l’arme. Sa main gauche suivis très vite le mouvement, et entoura de ses doigts l’autre lame encore libre. Tout ce passa en quelques secondes, les lames furent lancées en avant, sa main droite, rapide et précise attrapa la corde d’or qui les reliaient entres elles, la faisant glisser entre ses doigts pour avoir une meilleure prise, de sa gorge sortirent des paroles presques inaudibles :


Le combat reste inévitable.

Prenant appuis sur l’une de ses jambes, le blasé s’élança dans les airs a nouveau, son corps se fixa a l’horizontale et tourna sur lui-même, entrainant dans le mouvement les lames, qui traversaient les airs pour la deuxième fois en direction de l‘humain. Celui-ci sera le témoin de la technique quelque peu particulière de l’ange, non, il n’en sera pas la victime. Il ne cherchait pas le tuer, son intuition lui avait conseillé de relancer le combat, le seul espoir qu’il pouvait entretenir a présent était le fait qu’il avait bien fait de la suivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Promenade au levé du soleil   

Revenir en haut Aller en bas
 
Promenade au levé du soleil
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Manifestation pour la paix a Cite-Soleil
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» L'intervention ratée à cité soleil, à qui la faute ?
» Jeune artiste kidnappé , blessé par balle et laissé pour mort à Cité Soleil

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le journal d'Osura, Sombre songe :: Terres humaines :: Le village-
Sauter vers: